Pour: courrier@iway.fr

De: Wilhelm Guschlbauer (wig@wanadoo.fr)

Concerne: Apropos des experts

Publié dans Courrier International N° 481, du 20 au 26 janvier 2000

L'industrie chimico-pharmaco-alimentaire est bien mal placée pour faire la morale à "la populace" et "à la stupidité du public" comme M. Poste le dit avec délicatesse et cela pour plusieurs raisons:

1) Ces mastodontes sont à l'origine de nombreux désastres écologiques ou sanitaires, du DDT à l'ESB (vache folle) en passant par la dioxine et autres polychlorés etc. par négligence ou considérations financières.

2) La "populace" se demande s'il est bien utile et raisonnable d'avoir recours à des OGM dans une société de surabondance et surproduction de produits agricoles en tout genre que l'on stocke à grands frais. En outre, la stérilité des semences lie l'agriculteur pour toujours à une multinationale des céréales. Sans parler de la perte de biodiversité. En revanche, on a totalement abandonné les recherches sur les maladies tropicales (p.e. la bilharziose) dans les grands groupes industriels.

3) Les géants de la pharmacie sont loin d'être à la pointe de la recherche. Les grandes découvertes de la biotechnologie ont toutes été faites dans des laboratoires universitaires ou académiques. Les premières sociétés de biotechnologie ont aussi été fondées par des universitaires avant d'être rachetées par les géants de la pharmacie. Dans ces laboratoires sont poursuivis essentiellement des travaux rentables à très court terme. Je connais personnellement deux cas dans des géants de la pharmacie où une recherche innovante a été interrompue pour des raisons purement financières.

4) On pourrait paraphraser avec une autre citation de Shakespeare: "Il y a quelque chose de pourri dans le Royaume de Danemark".